Incontournables du territoire

    Accueil > Incontournables du territoire

La madeleine de Commercy

Texte en cours de rédaction

En savoir plus sur la madeleine de Commercy

Jehanne d’Arc et la Cité Médiévale de Vaucouleurs

C’est à l’époque Gallo-Romaine, que Vaucouleurs trouve ses origines, sous le nom de « Vallis Colorum », en latin la Vallée des Couleurs. En 1026, la ville se dote de son premier château, sous la direction d’Etienne de Vaux. Détruit en 1056, son fils, Geoffroy Ier le fera reconstruire. Au XIème siècle, sous Louis VI, la cité se pare d’une enceinte fortifiée. Pour la première fois, en 1325, la cité est rattachée au Royaume de France sous le règne de Charles V, qui y nomme un gouverneur. Au cours des différentes guerres, la Cité Valcoloroise sera épargnée. Ce qui permet aujourd’hui de voir la Tour des Anglais, ainsi que la Tour du Roi, vestiges de l’enceinte du XIIème siècle.

 

En savoir plus sur la Jehanne d’Arc et la Cité Médiévale de Vaucouleurs

La truffe de Meuse

La vallée de la Meuse et ses terrains calcaires, sont une zone propice à la truffe. Uncinatum (truffe de Bourgogne), mélanosporum, mésentérique (truffe de Meuse)… Plusieurs variétés peuvent y être ramassées naturellement. La mésentérique est la plus fréquente et c’est dans cette région de France qu’elle développe le meilleur arôme… Une particularité connue depuis longtemps des restaurateurs de la région… Ainsi, la truffe mésentérique est-elle aussi la “truffe de Meuse”.

En savoir plus sur les truffes de Meuse

Les Carrières d’Euville

Ici, les douces collines de Meuse on laissé place a des fronts de taille impressionnants. Celui de la Grande Carrière est percé de 16 galeries de plus de 15m de haut, sensation minérale garantie ! De toute leur hauteur elles dominent l’atelier de taille, vestige de l’exploitation industrielle de la pierre. Dans ce bâtiment reconverti en espace d’interprétation vous revivrez l’histoire des hommes qui ont façonné ce paysage. Une histoire de grandeur et souffrance : grandeur industrielle de la lorraine au XIXème siècle et souffrance des hommes au travail .

La pierre d’Euville a été exploitée de tout temps localement mais c’est avec la construction du canal de la Marne au Rhin et la voie ferrée Paris-Strasbourg que son commerce connaît un véritable essor.

Reconnue comme Pierre d’excellente qualité, elle est très prisée. Elle a voyagé partout en France, s’est exportée dans les capitales Européennes et elle a surtout traversé l’Histoire. De 1840 à 1900 la demande est phénoménale : les grands travaux , les chantiers Haussmanniens, le métro, forts militaires, exposition universelle…Quelques monuments célèbrent illustrent son prestige : à Paris, lpalais Garnier, l’entablement du Pont-Neuf, le musée du Louvre …à Bruxelles, le Palais Royal Laeken, la Fontaine de la place Brouckère …

Pour l’extraire il a fallu des hommes. Des entrepreneurs avisés qui par des logiques d’acquisition construisirent des empires commerciaux avec des ramifications dans celui des transports (chemins de fer, canaux). L’un d’eux fut même décoré de la légion d’honneur. Ils firent la richesse de communes comme Euville, mais pas forcément celle des hommes à la tâche, les carriers. Des carriers n’y en avait pas assez pour répondre à la faim insatiable des chantiers de ce siècle de construction. Il a donc fallu en chercher ailleurs enrichissant les flux migratoires liés à la révolution industrielle. Les ententes n’étaient pas toujours au beau fixe avec la population locale et il a fallu parfois l’armée pour apaiser les tensions entre les populations. C’est là une autre histoire passionnante de familles, de femmes, d’hommes, de combats syndicaux qui se cache derrière la grande histoire. Et de notre splendeur industrielle passée ou de nos luttes sociales on pourra se demander aujourd’hui quelles ont été les plus belles richesses extraites de notre sous sol. Aujourd’hui les familles meusiennes sont toutes tricotées des fils de cette immigration et elles en sont fières. Technologiquement, Les carrières d’Euville ont aussi participé activement à la symphonie des temps modernes, elles furent le premières à être électrifiées en Europe. Les innovations y sont fréquentes et les patrons de ces carrières mènent la danse au niveau national.

Vous trouverez encore sur place des scies à cadre classées au titre des monuments historiques, les ponts roulants, les énormes scies circulaires ….Le visiteur pourra aussi emprunter les sentiers balisés à la découverte de cette histoire mais aussi des richesses naturelles qu’offrent les sols calcaires : orchidées, orthoptères, fossiles. La pierre d’Euville, composée à 95 % d’articles d’encrines, est une curiosité géologique qui ne laissera personne indifférent des plus petits aux plus grands.

En savoir plus sur les Carrières d’Euville

Nicolas-Joseph Cugnot

Nicolas-Joseph Cugnot (1725-1804) est l’auteur de nombreux ouvrages ayant trait à l’art de la fortification. Initialement connu pour avoir créé un nouveau genre de fusil, en 1769-1770, il met au point le Fardier, première machine automobile à vapeur, qui finit par tomber dans l’oubli pour des raisons politiques. Pendant la Révolution, Cugnot émigre à Bruxelles et ne rentre en France qu’au début du Consulat.

 

Une première statue de bronze est érigée à sa mémoire en 1912 par le sculpteur Désiré Fosse. En 1944, les Allemands s’en emparent pour récupérer le bronze, la nuit précédant le démontage, un vidusien scie le nez de la statue, afin d’en garder le souvenir. Le bicentenaire du Fardier est célébré en 1969; une souscription allemande et française est alors mise en place pour la réalisation d’un nouveau monument, installé sur le socle de la statue originale.

 

En savoir plus sur le Fardier de Cugnot

Stanislas Leszczynski et Commercy

Stanislas Leszczynski , né le  à Lwów (actuelle Lviv, en Ukraine) et mort le  à Lunéville. Aristocrate polonais, roi de Pologne de 1704 à 1709 puis de 1733 à 1736 sous le nom de Stanislas Ier  et grand-duc de Lituanie. Duc de Lorraine et de Bar de 1737 à sa mort.

À vingt et un ans, il épouse Katarzyna Opalińska (1682-1747). De ce mariage naissent deux filles : Anna née en 1699 et Maria née en 1703. Cette dernière va épouser Louis XV. Suite à ce mariage, Stanislas va abdiquer du trône de Pologne afin de recevoir en viager les duchés de Lorraine et de Bar, qui à sa mort seraient officiellement rattachés au Royaume de France.

En savoir plus sur Stanislas

A+ A-